• Orykane ®

REFLEXIONS SUR L’ALCHIMIE© Par Laurence Frédérique Surjus de Pomarède

Mis à jour : 6 déc. 2019

Mais qu’est l’alchimie,


L’alchimie découle du Al, feu ou dieu et patriarche, et de Chemi du grec chemeia de chumos (suc), mélange de jus ou Kham, égyptien synonyme de Akâza –sous un autre aspect Kundalini- l’électricité occulte. Le Alkahest des alchimistes ou le dissolvent universel ; la même Anima Mundi au plan supérieur, comme la Lumière Astrale au plan inférieur ; la subtile suprasensible essence spirituelle qui emplit et pénètre tout l’espace, la substance vivante primordiale.

Le berceau de l’Alchimie remonte à l’antiquité, il a fait l’objet du principal intérêt des rois et sacerdoces, et comme le dit le nom, c’est la chimie de la nature c'est-à-dire la chimie naturelle.


Qu’étudie donc l’alchimie ?


L’alchimie traite des forces plus subtiles de la nature et des diverses conditions dans lesquelles elles œuvrent.

Prétendant sous le voile du langage, plus ou moins artificiel, communiquer aux initiés la portion du Mysterium Magnum, qui peu se placer en toute sécurité en un monde de Egos, c'est-à-dire un monde égoïste.

Ce ne fut pas le seul objectif de l’alchimie, qui est de transformer en or pur les métaux grossiers.

Peu de gens savent de quel or il s’agit réellement, car il ne s’agit pas d’un or palpable.


Qui sont les Alchimistes ?


Certains, ont accusé les alchimistes de charlatanisme et d’imposture.

En toute certitude, des hommes comme Roger Bacon, Cornelius Agrippa, Henri Kunrath et l’arabe Geber (le premier à avoir introduit en Europe quelques secrets de chimie) peuvent difficilement êtres qualifiés d’imposteurs ou charlatans et encore moins de fous.

Bien au contraire ils ont été capables de pénétrant au plus profond des mystères de la nature.

Nombreux alchimistes ont travaillé, en ayant la conviction d’atteindre leur objectif avec une infatigable patience, et une grande pureté du cœur.

Éléments majeurs d’un vrai alchimiste.

La véritable alchimie est un exercice du magique pouvoir de la volonté spirituelle de l’homme, (devise de Thélème) et pour cette raison elle ne peut être pratiquée par celui qui n’a pas transcendé la matière pour l’éveil spirituel…


Quelles pratiques exercent ils ?


Ils imitent la nature.


L’ÉLIXIR BLANC ET L’ÉLIXIR ROUGE


L’alchimie est une science hermétique qui converti la matière première et dense en corps solubles. C’est la science des transmutations.

Pour certains il s’agit d’un savoir, d’une connaissance à travers laquelle, les alchimistes aspirent à atteindre le « Magnus Opus » ou « Le grand Œuvre », avec la Pierre Philosophale, ou Pierre des Splendeurs.

Pour d’autres se serait plutôt un art laborieux.

L’alchimie est aussi ancienne que l’humanité, elle fut pratiquée en Chine et en Égypte, par la classe sacerdotale, elle fut importée en Europe par les arabes et acceptée par nombreux moines médiévaux et d’éminents maîtres.

Le savoir alchimiste est longtemps resté occulte, s’enseignait en secret et se transmettait par le verbe.

Nous savons que le « Grand Œuvre » est l’Auto-réalisation intime de l’être, résumée brièvement dans la « Table d’Émeraude » D’Hermès Trismégiste, et accessible à la lecture dans la Cathédrale de Notre Dame à Paris monument alchimiste.

(Souvent dénigrés pour sorcellerie, les alchimistes ont élaboré un code mystérieux. Ils interprétaient alors l'iconographie chrétienne abondante des cathédrales comme des allégories philosophales. Notre-Dame est particulièrement riche en symboles alchimiques. Elle nous conduit sur le chemin de la sagesse qui débute par une profonde connaissance de soi, par la détermination de la matière à transmuter. Il suffit d'étudier plus précisément sa façade occidentale pour mieux comprendre cette dimension occulte.


La façade Ouest de la cathédrale est associée aux trois rosaces intérieures, l'ensemble décrivant le chemin initiatique des alchimistes, un itinéraire extérieur à la dimension cosmique et un itinéraire intérieur à la dimension humaine. Les rosaces sont en effet le symbole de la voie entre les ténèbres originelles et l'accomplissement de l'œuvre. Elles portent en elles par leur forme concentrique l'idée du perpétuel recommencement. L'univers alchimique de Notre-Dame reprend très bien l'idée d'homme en tant que matière et acteur du Grand Œuvre, une dimension à la fois matérielle et spirituelle.)


Les alchimistes disent le Grand Œuvre indivisible bien qu’il comprenne diverses étapes.


La première l’Œuvre Simple est la préparation de la matière.


La deuxième l’œuvre Médiane consiste en la préparation de l’élixir.


La troisième le Grand Œuvre proprement dit ou la multiplication.


La Pierre Philosophale est l’œuvre maîtresse de la nature assistée par le travail de l’alchimiste. Pur et riche, joyau de l’alchimie.

Synthèse métallique absolue, elle apporte à l’heureux possesseur de ce trésor le savoir, la fortune et la santé.


Les alchimistes transmutent les métaux en or depuis l’antiquité et ont affirmé depuis toujours que le mercure, le souffre et le sel sont la base de tout.

Élixir, (en latin e-lixis, du à l’extraction de l’eau mercurienne, ou de l’arabe el-ksir)

L’élixir est la seconde partie de l’œuvre des savants.


Il existe trois classifications :


L’élixir parfait le blanc, il convertit en argent tous les métaux impurs sur lesquels on le projette.


L’élixir rouge, transforme tous les métaux impurs en or, Hermès le nomme « force de toutes les forces » et les alchimistes « l’or potable ».


L’élixir complet c’est la couleur qui conduit à la perfection de quelconque imperfection.


L’arcane quatorze du Tarot de Marseille, nous montre au centre un ange tenant deux jarres, avec lesquelles il mélange les élixirs.

C’est la tempérance, l’élixir de la longue vie par la patience, le recul, et la précision.

L’élixir blanc est la femme il émane de la lune, le rouge est l’homme il provient du soleil, seuls les deux réunis élaborent la longévité de la vie.


Pour nos ancêtres l’or et l’argent étaient des métaux sacrés, ils étaient la vive représentation du soleil et de la lune, en astrologie l’or est le métal du soleil, l’argent celui de la lune.


Les métaux étant nos corps intérieurs qui doivent se perfectionner avec les deux élixirs.

L’idéal est d’apprendre à projeter les deux élixirs sur les métaux impurs, afin de les transformer en or pur, celui-ci est plus pur que tous les ors des mines terrestres.


LE SEL LE SOUFFRE ET LE MERCURE


Le sel est la substance de tout,


Le sel est la substance des choses et le principe fixe de tout ce qui existe.

Il œuvre sur le souffre et le mercure, ces derniers le rendent volatile comme eux. En contre partie le sel les coagule et les lie.

Dissout dans une liqueur adéquate, il dissout les solides et leur donne consistance.

Le sel dissout notre mental, nos corps lunaires impliqués dans l’ego pour élaborer avec eux notre soleil intérieur en forme.

La terre est de nature saline, et se dissout et se coagule dans l’eau. Les continents émergent des eaux salées des mers et retournent à la mer avec l’érosion.

Notre terre philosophique, c'est-à-dire notre corps humain, doit réduire les sels séminaux, pour créer avec ces sels nos corps solaires, conscients et lumineux.


Le souffre à l’état soluble est le feu,


Le souffre a une part de la solidité du sel, et une part du volatile du mercure.

Le souffre coagule le mercure assisté par le sel.


Le mercure est une liqueur spirituelle volatile.


Il est l’aigle volant de la philosophie, il est notre chaos, il est notre semence.

Le sel se disperse dans l’urine et la sueur.

Le souffre abonde dans les graisses,

Le mercure dans le sang, le cerveau, l’humeur aqueuse…

Le principe de tous les métaux (nos corps intérieurs) son le sel le mercure et le soufre.

Seuls ils ne pourraient donner origine aux métaux mais unis ils donnent naissance à divers métaux minéraux.

Il est logique que notre conscience doive contenir inévitablement ces trois principes.


Le Feu est le souffre de l’alchimie, pour développer les valeurs de l’être et utiliser savamment nos énergies créatrices, nous devons absolument purifier le sel, le souffre et le mercure en nous, sinon les impuretés se mélangeront à nouveau dans la composition.


Nos corps internes contiennent les matières premières il est normal qu’une substance étrangère ne puisse nous servir, et desserve même notre travail intime.

Cette matière première pour l’introspection est la semence de nos glandes sexuelles.

Avec notre science et à travers le Feu, nous transformerons cette merveilleuse substance pour qu’au final de la transformation elle soit d’avantage parfaite.


Avec cette magnifique substance nous élaborons les valeurs de l’être et utilisons consciemment les forces créatrices.


Dans les mines on voit comment les éléments grossiers se transforment avec la chaleur jusqu’à ce convertir en mercure.


Le Feu transmutant les graisses de la terre en souffre

La chaleur agissant sur des deux principes engendre, selon sa pureté ou impureté, tous les métaux de la terre.


La nature se charge de les produire et de les perfectionner.

Roger Bacon disait : « Oh folie infinie ! Qui l’a demandé, qui nous oblige à vouloir reproduire la même chose avec l’aide de procédés étranges et fantastiques ?

La nature contient la nature, la nature se réjouit avec la nature, elle la domine et se transforme en d’autres natures »


Les anges ne se créent pas avec des théories d’hommes, ni avec des théosophies, rosicruciennes ou spiritismes.

Les anges sont naturels, non artificiels.

La nature contient la nature et dans notre nature humaine se trouve la matière essentielle, avec laquelle nous pouvons travailler à notre propre régénération.

Il est impératif de prendre soin de notre sel, c'est-à-dire notre organisme physique, notre mercure soit notre semence et notre feu qui habite en chacun de nos atomes et ne pas l’épuiser »


Notre feu est tranquille et suave, il doit se maintenir ainsi tous les jours, toujours uniforme, sans se débiliter, autrement cela créera un grand préjudice.

Le Feu se débilise jusqu’à s’éteindre, quand nous abusons de notre semence.

Le juste mélange des trois éléments nous mène au processus de transformation humaine.


Le souffre et le mercure sont unis dans la matière essentielle, le travail de l’alchimiste est de les séparer pour en extraire le souffre, répéter l’opération afin de préparer le mercure (élixir) pour les unir à nouveau et atteindre le « Grand Œuvre » qui conduit à la Pierre Philosophale.


Quand l’homme prend conscience qu’un jour il se convertira lui-même en pur alchimiste il est sur la voie de la sagesse.

« Pour changer il est nécessaire de savoir, pour savoir il faut apprendre, et pour apprendre il faut faire de grands sacrifices. »

La voyance  peut créer de l'addiction , si vous  constatez ces symptômes ou  que vous les  constatez  chez un tiers  , consultez ou conseillez  un professionnel  des addictions.  Orykane Konsult se réserve le droit  de vous limiter en consultations si  on constate  un comportement compulsif cela dans le seul but de vous aider et du respect de l'honnêteté  du cabinet .

© Copyright 2019  Ce site à été conçu par

Laurence Surjus de Pomarède Pour Orikane KOnsult ®

Tous droits réservés Article L111-1

 " L'auteur d'une oeuvre de l'esprit jouit sur cette oeuvre, du seul fait de sa création, d'un droit de propriété incorporelle exclusif et opposable à tous.

Ce droit comporte des attributs d'ordre intellectuel et moral, ainsi que des attributs d'ordre patrimonial "